Rôle de la prévention en orthodontie

« Le rôle de la prévention est d’empêcher l’apparition des anomalies et non d’en proposer un traitement précoce »

Prévention des malocclusions chez le jeune enfant

A l’heure où près de la moitié des enfants présentent des malpositions dentaires, une prise de conscience par le public des facteurs de prévention paraît absolument nécessaire car, contrairement aux idées reçues, cela commence dès le plus jeune âge.

Trois facteurs jouent un rôle déterminant pour assurer un développement satisfaisant de la sphère oro-faciale, et donc le bon alignement des dents : le mode d’allaitement, le mode d’alimentation et le mode de ventilation.

  • Mode d’allaitement:

    À la naissance, le bon développement de cette sphère oro-faciale (mâchoire supérieure avec son palais, mâchoire inférieure ou mandibule, voies respiratoires, etc.) est permis grâce à la tétée.
    Mais attention, grâce à la tétée du sein maternel et non d’un biberon.

    L’importante activité musculaire conjuguée à l’énorme potentiel de croissance de la face à la naissance, confèrent à la tétée un rôle très important dans le développement des mâchoires, en particulier le palais.

    L’allaitement au biberon au contraire ne nécessite que peu d’efforts musculaires pour permettre l’écoulement, souvent trop rapide et passif du lait hors du biberon.

  • Le mode d’alimentation :

    Bébé grandit. Ses dents de lait évoluent. A un an, ses incisives sont en place. Avec l’apparition des molaires, il commence à mâcher ses aliments. Si ceux-ci sont suffisamment résistants, l’enfant va commencer à effectuer des mouvements de mastication puissants, qui vont, à leur tour, développer ses arcades dentaires qui pourront alors loger sans problème les dents définitives.
    Si, au contraire, son alimentation est trop molle et attendrie, il n’effectuera que peu de trituration, et ses arcades dentaires resteront étroites, faisant le lit à de futurs encombrements dentaires.

  • Le mode de ventilation :

    Souvent les parents n’ont pas conscience de l’obstruction nasale de leur enfant parce que cette situation dure depuis longtemps et que tout le monde y est habitué. Et pourtant, cette absence de ventilation nasale, avec ses rhinites fréquentes (plus de trois rhumes par hiver), ses otites à répétition, son sommeil agité, ses difficultés d’endormissement entraîne une insuffisance importante du développement du maxillaire supérieur avec un palais très étroit et un encombrement dentaire majeur.
    L’enfant garde la bouche ouverte, bave la nuit, a les lèvres sèches, son menton est le plus souvent en retrait, ce qui entraîne un trouble de croissance de la mâchoire inférieure ; sa posture linguale est altérée, entraînant une absence de contact entre ses dents (béance incisive par ex.).

Prévention des pathologies dentaires et des malocclusions chez l’adolescent et chez l’adulte

On reconnait aux traitements d’orthodontie le mérite d’améliorer l’alignement dentaire et donc le sourire des jeunes patients. Mais ce qu’on ignore habituellement, c’est que ce résultat esthétique, extrêmement gratifiant, s’accompagne d’un rôle de prévention des pathologies dentaires de l’adolescent et de l’adulte.

  • Prévention de la maladie carieuse

    C’est la mieux connue. En effet, il va de soi que le bon alignement des dents permet, par un brossage efficace de toutes leurs faces, l’élimination de tous les débris alimentaires diminuant ainsi fortement les risques de caries.

  • Prévention des parodontopathies

    Les traitements d’orthodontie limitent fortement le risque parodontal grâce :
    • à une hygiène favorable à la bonne santé́ du parodonte sur une denture ne présentant aucun chevauchement,
    • à la restauration d’un équilibre occlusal (engrènement dentaire), à l’origine d’une bonne transmission des forces engendrées par la mastication

  • Prévention des troubles des articulations temporo-mandibulairesqui sont diminués en limitant les effets du bruxisme.

  • Prévention du risque chirurgical

    Il faut savoir que les traitements d’ODF n’agissent pas seulement sur les dents mais sont capables, s’ils sont effectués en période de croissance, d’influencer le développement des os maxillaires.
    Ils diminuent donc considérablement la fréquence des traitements chirurgico-orthodontiques tardifs, toujours lourds à tous égards.

  • Prévention des pathologies générales

    Chez l’enfant, un grand nombre de malocclusions sont la conséquence d’une insuffisance de ventilation nasale. A côté de ses complications bien connues, telles que les otites à répétition, rhinopharyngites, etc., cette obstruction est à̀ l’origine de troubles du sommeil et de troubles comportementaux qui cessent dès le rétablissement de la ventilation nasale obtenue grâce au traitement orthopédique.

Ces enfants, atteints de ronflements nocturnes, qui se réveillaient fatigués, voient leur tonicité́ et leurs performances scolaires améliorées.

Négligée, cette obstruction partielle chronique altère les diverses postures cervicales et faciales et fait de ces enfants des candidats aux troubles vertébraux. Le rétablissement d’une occlusion équilibrée favorise l’efficacité́ de la fonction de mastication. Cette fonction, on le sait, réalise le premier temps de la digestion. En favorisant la réduction du volume des particules alimentaires et en favorisant leur insalivation, les traitements d’ODF favorisent la prévention de troubles digestifs.

En conclusion, pour toutes ces raisons, l’ODF, et plus encore l’orthopédie précoce, sont une nécessité à la fois sanitaire et économique qu’il serait dommage de sous-estimer.

Retrouvez les fiches conseils

Article rédigé par le praticien le 01/03/2019

Le site du cabinet dentaire a été réalisé par Webdentiste.fr
UFSBD